La « feuille de route » concernant l'avenir des liaisons ferroviaires intercités présentée le 19 février par Alain VIDALIES, secrétaire d'Etat aux transports, ouvre la voie à un désengagement de l'Etat sur la plupart des lignes de nuit. La ligne Paris/Saint Gervais-Le Fayet est concernée.

Eric FOURNIER, président de la communauté de communes de la vallée de Chamonix-Mont-Blanc et vice président du conseil régional en charge de l'environnement, du développement durable et de l'énergie, commente ainsi cette « feuille de route » :

« Le rapport DURON de mai 2015 était déjà inquiétant en ce qu'il insistait sur la dégradation des comptes d'exploitation de ces lignes pour mieux préparer le désengagement de l'Etat : comme nous le notions à l'époque, la faible fréquentation de ces lignes dites d'équilibre du territoire découle avant tout de plusieurs décennies de sous investissement et de dégradation du service offert.

Or, comme l'exemple des TER le montre bien, le déclin du ferroviaire n'est pas une fatalité ! la modernisation du réseau et du matériel ainsi que l'amélioration des dessertes mises en oeuvre par les Régions depuis 2002 (et depuis 1997 à titre expérimental en Rhône-Alpes) ont réussi à provoquer le redressement significatif de la fréquentation du ferroviaire ; Concernant la ligne Paris/Saint-Gervais, qui a subi une dégradation du service manifeste ces dernières années, si l'Etat confirme son désengagement, nous sommes convaincus qu'une relance de cette ligne est possible dans le cadre de l'Appel à Manifestation d'Intérêt prévu ce printemps, pour peu que l'opérateur retenu soit prêt à investir et à développer des méthodes de gestion dynamiques.

La vallée de l'Arve souffre trop de l'explosion des mobilités individuelles et l'attractivité touristique du Pays du Mont Blanc est certainement un facteur déterminant de la relance de cette liaison ferroviaire : la vallée de Chamonix, fidèle à sa stratégie de développement des transports collectifs (train et bus) pour réduire l'impact des transports sur l'environnement et la santé, est prête à accompagner cette renaissance ! »